Covid-19 : la campagne de vaccination démarre dans la Marne

Par Richard Cremonini, le 06/01/2021 (mis à jour le 13/01/2021 à 16:36)
Covid-19 : la campagne de vaccination démarre dans la MarneDans un premier temps, seuls les professionnels de santé de plus de 50 ans et les résidents d'Ehpad seront vaccinés. Pour le grand public, ce sera en juin.
  • 4 875 doses du vaccin développé par Pfizer contre le Covid-19 ont été livrées dans la Marne le 6 janvier. © fernandozhiminaicela / Pixabay
  • Le préfet Pierre N'Gahane et le délégué ARS Thierry Alibert lors de la visioconférence du 6 janvier. © DR
Dans un premier temps, seuls les professionnels de santé de plus de 50 ans et les résidents d'Ehpad seront vaccinés. Pour le grand public, ce sera en juin.
 

La Marne devait recevoir mercredi 6 janvier les premières 4 875 doses de vaccin Pfizer contre le Covid-19. L’annonce a été faite le jour même par le préfet Pierre N'Gahane et Thierry Alibert, délégué territorial Marne de l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, lors d’une rencontre avec la presse par visioconférence. « Nous sommes en ordre de bataille  », a souligné Pierre N'Gahane. Le préfet rappelle que la stratégie vaccinale « a été réorientée ces derniers jours à la demande du Gouvernement » avec un double objectif : l’accélération des vaccinations et une plus grande implication des acteurs locaux, notamment des maires et des présidents d’intercommunalités.
La première phase qui vient de débuter doit préparer celle qui vise la vaccination du grand public. Elle devrait démarrer « au début de l'été » selon le préfet dans des centres couvrant la totalité du territoire marnais. Les enseignants seront vaccinés à partir de février. « L’ouverture au grand public ne pourra se faire que lorsque la ressource médicale sera disponible avec un nombre suffisant de garanties des conditions de conservation et de disponibilité médicale », prévient Thierry Alibert.


Premières injections le 7 janvier

Concrètement, les 4 875 doses reçues le 6 janvier ont été livrées au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Reims. Elles sont destinées aux professionnels de santé âgés de plus de 50 ans ou présentant des risques de comorbidité des hôpitaux de Reims, Châlons et Épernay, aux pompiers et aides à domicile et aux résidents de quatre Ehpad pilotes dépendant du CHU. Les premières injections étaient prévues le jeudi 7 janvier. « Le public le plus vulnérable sera vacciné dans un premier temps » souligne le préfet, «  quel que soit l’âge » concernant les catégories prioritaires.
Quatre EHPAD pilotes (Maison Saint Martin à Reims, Ehpad Pierre-Simon à Suippes, Ehpad Sarrail à Châlons-en-Champagne et Résidence Jean-d'Orbais à Reims) seront livrés le 8 janvier pour des vaccinations à partir du 9 janvier.
Le 11 janvier, ce sont les 45 autres Ehpad de la Marne qui recevront le vaccin avec des séances prévues dès le 12 janvier. Puis suivront les résidences pour personnes âgées non dépendantes (4 300 lits) et celles qui reçoivent des soins à domicile (5 000). Les vaccins seront délivrés par les pharmacies.

Nécessité du consentement

Plusieurs difficultés compliquent la tâche des services de l’État et de l’ARS. Le vaccin Pfizer doit être stocké à -80 °C. Décongelé, il se conserve cinq jours à une température de 2 à 8 °C. Avant de procéder à la vaccination, il faut obtenir le consentement des personnes. Une fourchette de 50 à 60 % de consentement dans les Ehpad est avancée par Thierry Alibert. Elle serait de 60 à 70 % chez les médecins libéraux.
La séance de vaccination nécessite au moins trois personnes : un médecin pour éviter tout risque en cas d’effet secondaire, un infirmier ou une infirmière pour piquer, un·e secrétaire.
Le préfet Pierre N'Gahane et le délégué ARS Thierry Alibert attendent l’arrivée du vaccin Moderna dont l’usage sera moins contraignant. Il est stocké à -20 °C et possède 30 jours de conservation.


Vos réactions :


La rédaction vous propose :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Abonnez-vous
Abonnez-vous