Vendre son champagne en ligne, c’est facile

Par Guillaume Perrin, le 25/04/2020 (mis à jour le 27/04/2020 à 08:29)
Vendre son champagne en ligne, c’est facileJean-Pierre Poulain, responsable de l’agence Farman Communication, explore les possibilités offertes par le commerce numérique dans un contexte de crise sanitaire frappant les récoltants-manipulants.
  • Un simple système de paiement en ligne peut simplifier la vie des producteurs de champagne qui veulent augmenter leur chiffre d'affaires. © G. Perrin
Jean-Pierre Poulain, responsable de l’agence Farman Communication, explore les possibilités offertes par le commerce numérique dans un contexte de crise sanitaire frappant les récoltants-manipulants.
 

Le XXIe siècle a beau être largement entamé, « on peut s’apercevoir que tout le monde n’utilise pas forcément le numérique dans le milieu viticole. Il faudrait que chacun se rende compte de l’importance que cela prend », note Jean-Pierre Poulain, qui dirige Farman Communication (filiale du Groupe FDSEA 51).
Grâce aux solutions numériques, il est possible de rester proche de ses clients, en particulier « dans un contexte où l’on doit rester confiné, sans contact avec la clientèle  », ajoute le dirigeant : les campagnes d’e-mailing ou par le biais de SMS sont quelques exemples, que ce soit pour la sortie d’une nouvelle cuvée, ou pour réaliser des sondages. L’important, c’est de multiplier les initiatives «  pour faire en sorte que le client se sente impliqué dans la marque  ».

Des outils stratégiques essentiels

Outre la communication numérique, qui peut se concrétiser à travers la vitrine perpétuellement disponible d’un site web, la visibilité d’une marque peut s’envisager à travers plusieurs outils stratégiques. Citons par exemple la publicité en ligne, par exemple avec des campagnes Google Adwords, ou encore le référencement d’un site combiné à une présence marquée sur les différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) : « cela permet de renforcer la e-réputation », résume Jean-Pierre Poulain.

La mise en place un moyen de paiement est un autre axe de développement à ne pas négliger. « Cet outil est stratégique dans la mesure où l'entreprise pourra l'utiliser à de multiples reprises  », souligne le responsable. Un seul système de paiement en ligne peut être utilisé dans différents contextes, et pourra grandement simplifier le quotidien des gérants, comme de leur clientèle : encaissement de factures en ligne sans demander de virement, mais aussi envoi de liens de paiement en réponse aux demandes de devis, création de formulaires d’encaissement, prises de commande « comptoir  » permettant de se passer de terminal de paiement…
Nul besoin de disposer d’une « vraie boutique numérique » ou d’un TPE : les transactions efficaces et rapides sont à la portée du plus grand nombre. « On peut même envisager des systèmes de drive : la commande est passée en ligne, le paiement suit, et le client est averti de la mise à disposition des produits à l’entrepôt. Tout est chargé dans le coffre, sans contact à toutes les étapes », énumère Jean-Pierre Poulain.
« Un vigneron qui dispose d’un site vitrine avec un système de bon de commande a la possibilité de générer un lien de paiement en réponse à un devis, permettant au client de finaliser sa réservation en un clic  », imagine-t-il encore. Les démarches sont ainsi considérablement simplifiées.
Ces outils numériques sont développés dans la Marne, par Farman Communication. Ils sont adaptés aussi bien à une consultation sur ordinateur que sur support mobile (smartphones et tablettes).
Et pour les producteurs aux moyens modestes, un autre projet se dessine : une nouvelle place de marché dotée de « micro-sites » permettant de diffuser et vendre ses spécialités régionales…


Vos réactions :


La rédaction vous propose :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous